Le Wabi-Sabi, l'art de vivre japonais

Le wabi-sabi, un art de vivre ancestral au Japon
Le Wabi-Sabi, dérivé de principes bouddhistes
| | Creative Gesslein | |

Ce sont mes pérégrinations & réflexions personnelles autour du vaste univers du minimalisme qui m'ont amenée à découvrir ce terme de wabi-sabi. A priori, impossible de savoir de quoi il s'agit sans faire une petite recherche. Quelques clics plus tard, me voilà devant une bien jolie définition, qui pique rapidement mon intérêt. 

 

Le wabi-sabi prône l’harmonie avec la nature, dont les imperfections constituent la beauté spontanée, sans prétention ni artifices et dont le caractère paisible peut influencer positivement notre existence. Cet art de vivre, qui nous vient du Japon, cherche & trouve de la beauté dans tout ce qui nous semble imparfaits ou contrefaits.

 

Ce n'est pas un style décoratif à proprement parler (comme le minimalisme, d'ailleurs), mais plutôt un état d'esprit que l'on cultive, sans avoir à suivre une liste déterminée de règles ou de préceptes particuliers. La création d'une maison wabi-sabi est ce qui se produit lorsque l'on développe notre wabigokoro, que l'on cherche à l'ancrer à la fois dans "notre esprit et notre cœur" : mener une vie simple, modeste et humble, apprendre à réellement se satisfaire de ce que la vie nous a procuré en se débarrassant de notre besoin d'accumuler les possessions (bien souvent superflues) et vivre pleinement le moment présent.

Définition du wabi-sabi, dérivé de principes bouddhistes et qui mène à accepter l'imperfection naturelle des choses pour mieux nous accepter et vivre plus sereinement.
Mobilier en bois brut, une ambiance wabi-sabi

Joli pied-de-nez au consumérisme actuel, ce courant esthétique du wabi-sabi nous ramène à une forme bienvenue de modestie créée par l'imperfection. Tout ce qui est vieux, usé voire abîmé a une histoire à raconter. C'est une autre forme de beauté, qui peut se cacher derrière un vieux fauteuil élimé par le temps ou un mur dont la peinture s'est légèrement écaillée. Le Wabi renvoie à la simplicité, la nature, la mélancolie et le silence, tandis que le Sabi fait appel aux objets rustiques, patinés, usés et altérés naturellement par le temps. On ré-apprend à aimer les défauts et les aspérités naturelles en acceptant les choses telles qu'elle sont et telles qu'elles se présentent à nous. Ce sont ces mêmes défauts qui nous racontent une histoire, nous transmettent un morceau de passé. 

 

En deux mots, le wabi-sabi, c'est chercher, voir & apprécier

la beauté dans toutes ces choses imparfaites qui nous entourent.

 

On souligne les matériaux bruts et leurs imperfections en mettant en scène l'artisanat et la nature dans nos intérieurs. On leur permet de nous raconter leur passé & leur histoire à travers les rayures d'un miroir, les fissures d'un mur ou des lés de papiers peints défraîchis.  A l"instar du mouvement minimaliste, on retrouve les valeurs d'authenticité et de simplicité autour d'une nouvelle appréciation des notions de vide, de silence et d'une certaine forme de raffinement. On ré-apprend à aimer les défauts naturels, bref on accepte davantage les choses telles qu'elles sont. Tout simplement.


Franchement... ça ne fait pas du bien aux yeux, tout ça ?



Pourquoi simplifier son intérieur et ses possessions matérielles ?